La Suisse a choisi d’autoriser les casinos en ligne mais renforce son dispositif pour lutter contre l’addiction au casino dans le pays grace aux recettes supplémentaires.

Selon la presse locale, les électeurs suisses ont massivement voté – bien au-delà des taux suggérés par les premières élections – une mesure déjà approuvée au Parlement pour légaliser les casinos en ligne suisses certifiés, mais qui exige que les fournisseurs d’accès Internet bloquent tous les sites de paris étrangers.

La nouvelle loi sur les jeux d’argent a obtenu le soutien de 72,9 % des électeurs, selon les résultats finaux, malgré les accusations selon lesquelles la loi équivaut à de la censure en ligne.

Cette loi, qui sera l’une des plus strictes d’Europe et qui entrera en vigueur en 2019, n’autorise que les casinos et les sociétés de jeux certifiés par la Suisse à fonctionner.

Le gouvernement dit que la loi et le dispositif qui l’accompagne est conçu pour s’attaquer à la dépendance au jeu.

Les deux Chambres du Parlement ont déjà adopté le projet de loi.

Selon l’Agence France-Presse, la ministre suisse de la Justice, Simonetta Sommaruga, a fait savoir que les interdictions sont nécessaires pour assurer le respect des lois nationales sur les jeux de hasard, telles que les règles leur imposant de bloquer les dépendants connus. Sommaruga a également annoncé que les joueurs en Suisse versent environ 250 millions de francs (environ 254 millions de dollars) dans des sites de jeux étrangers qui ne paient pas d’impôts dans le pays et ne contribuent donc pas aux programmes anti-gambling.

Les opposants ont déclaré que le gouvernement aurait pu offrir des incitations aux entreprises qui acceptent d’être imposées, et que “la nouvelle loi va en fait vider les recettes, car elle porte le seuil des gains imposables à plus d’un million de francs, contre 1 000 francs aujourd’hui”, a écrit l’AFP. En outre, ils ajoutent que le référendum sur la question a été mené en grande partie par les grosses sommes d’argent provenant des casinos suisses, qui sont prêts à payer très cher l’interdiction d’utiliser l’Internet pour empêcher que leurs clients aillent placer des paris avec leurs concurrents étrangers.

Les critiques ont également noté que les interdictions de propriété intellectuelle et de domaine sont facilement contournées en utilisant des services tels qu’un réseau privé virtuel (VPN). Toutefois, selon Intellectual Property Watch, les législateurs ont souligné qu’ils étaient conscients des limites techniques mais que d’autres pays avaient néanmoins réussi à déplacer les joueurs vers des sites légitimes par cette méthode.

Luzian Franzini, le chef de l’aile jeunesse des Verts, a déclaré à l’AFP que la loi créait un “précédent très dangereux” en matière de censure sur Internet et qu’il y avait un “fossé des générations” avec les législateurs.

“Ils n’ont peut-être pas vraiment compris ce que cela pouvait faire à Internet “, a ajouté Franzini.

Les électeurs ont également rejeté à une écrasante majorité une loi appelée Sovereign Money Initiative, selon la BBC, qui aurait fait de la banque centrale suisse le seul émetteur valable de nouvelles devises (elle n’émet actuellement que 10% environ). Les partisans de cette mesure l’ont qualifiée de frein dans le monde très instable de la finance mondiale. Les opposants ont déclaré que cette mesure était trop radicale et saperait les banques suisses, qui ont connu de nombreuses restrictions ces dernières années, mais qui gèrent encore des billions de dollars de richesse.