L’un des principaux opérateurs de casinos en brique et mortier de Suisse a enregistré une hausse de ses revenus en 2017, malgré la concurrence persistante de ses concurrents internationaux en matière de jeux d’argent en ligne.

Cette semaine, le Grand Casino Baden de Stadtcasino AG a annoncé avoir réalisé un chiffre d’affaires brut de 60,4 millions de francs suisses (62,2 millions de dollars US) en 2017, soit une amélioration de 1,3% par rapport à 2016 et la première croissance annuelle de la propriété depuis 2012. La salle a accueilli 346 000 visiteurs l’an dernier, soit 4,4 % de plus que l’année précédente.

Detlef Brose, PDG du Grand Casino Baden, a salué les résultats de 2017 comme “un grand succès” compte tenu des “conditions de marché difficiles” et des travaux de construction en cours sur un important boulevard adjacent au casino.

Brose attribue le redressement de 2017 à la nouvelle stratégie de la “maison du divertissement ” de l’entreprise, qui comprend de nouveaux jeux – comme la variante de blackjack Black James développée en interne – une nouvelle zone de machines à sous, des restaurants de haute qualité, des spectacles de musique live les week-ends et un programme amélioré de fidélisation des joueurs.

La croissance du Grand Casino Baden en 2017 reflète la tendance générale à la hausse du secteur des casinos terrestres en Suisse, qui a enregistré en 2016 sa première croissance annuelle depuis 2007.

D’une manière ou d’une autre, le secteur suisse des casinos a réussi à rebondir en dépit de l’activité continue des opérateurs de jeux de hasard en ligne titulaires d’une licence internationale, que la Fédération suisse des casinos a régulièrement désignée comme la principale cause de la baisse de ses revenus.

Les élus suisses ont approuvé l’année dernière une nouvelle loi sur les jeux d’argent, qui prévoit notamment de bloquer les domaines des sites de jeux d’argent non autorisés. Mais ce plan de blocage de domaine semble susceptible de faire l’objet d’un référendum auprès des électeurs, et sa mise en œuvre est donc loin d’être assurée.

Pire encore, le retard dans la mise en œuvre de ce plan protectionniste visant à censurer les choix en ligne des citoyens suisses pose un problème pour les casinos locaux. Si les jeux d’argent en ligne continuent à prendre des parts de marché, comment se fait-il que les casinos terrestres soient de plus en plus rempli ?

Selon les propres mots de Brose, un produit amélioré et une plus grande attention aux relations avec la clientèle ont suffi à redresser la situation de son casino. (Qui aurait cru ?) Comme quoi il y a bien des joueurs pour tout le monde et que ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui font ce qu’il faut pour continuer à séduire les joueurs.